Case mensonge

Case Mensonge de Gisèle Pineau

Chronique jeunesse proposée par l’écrivain et chroniqueuse littéraire Edna Merey Apinda

La littérature guadeloupéenne peut se targuer de compter dans ses rangs une brillante ambassadrice en la personne de Gisèle Pineau. Cette auteure nous gratifie d’une bibliographie riche et variée, comprenant des romans, des récits, des nouvelles et des romans pour la jeunesse. Elle a d’ailleurs reçu de nombreux prix et distinctions littéraires.

Son livre Case mensonge est un roman pour adolescents, accessible dès l’âge de douze ans. C’est une histoire qui commence tout doucement et dont l’intrigue est bien menée.

Ce roman nous invite à voyager dans la vie de Djinala, une jeune fille de douze ans qui vit avec sa petite famille dans un bidonville baptisé « Quartier Roucou », à Basse Terre, en Guadeloupe. Elle est la petite dernière. Sa grande sœur Laurence est apprentie coiffeuse tandis que son grand frère Steeve est apprenti mécanicien. La maman, une femme au tempérament fort et battant, se prénomme Camille. Djinala l’appelle affectueusement Manman. La famille vit dans un certain dénuement, dans ce bidonville dans lequel toutes les familles se ressemblent et partagent misère et bonne humeur. Les cases dans lesquelles vit tout ce monde, sont brinquebalantes et doivent leur survie à la providence. Il y a de la musique, il y a des peines, le chômage, la pauvreté. Mais par-dessus tout pour Djinala, il y a l’amitié qui la lie à Mildred. Leurs deux mamans sont également amies.

Tous espèrent un avenir meilleur dans le nouveau lotissement que construit la mairie. Camille, la maman de Djinila rêve de s’installer avec sa petite dans ce fameux lotissement. Si elle l’obtient, elles y habiteront toutes les deux car Laurence doit s’envoler avec son fiancé pour la France (la Métropole) et Steeve rejoindra son oncle en Martinique, pour faire un BEP de mécanicien. Manman en est sûr et elle croise les doigts ; bientôt elles quitteront « Quartier Roucou » pour habiter dans le nouveau lotissement. Cet espoir est partagé lui aussi par Olga, la maman de Mildred, qui a une nombreuse progéniture et un époux qui est un incapable, un bon à rien.

Le Carnaval arrive et réunit tout le monde dans le groupe Nèg Mawon. Steeve  est à l’honneur car il détient la lourde charge de bidouiller la carcasse qui sert de voiture à la reine du carnaval du « Quartier Roucou ». Puis arrive le grand moment tant attendu : les lettres de la mairie attribuant les logements atterrissent chez certains alors que d’autres ne sont pas dans le lot. Alors, c’est le drame… Secrets et mensonges sont dévoilés.

Dans ce beau roman, sobre, touchant, poignant, Gisèle Pineau nous conte habilement les rêves, les tensions, les jalousies qui se transforment en haine, mais aussi la résilience. Nous découvrons une autre facette de la Guadeloupe, loin de toute image de carte postale. C’est un récit qui permet aux jeunes, le temps d’une lecture, de vivre certaines réalités.

case mensonge couv

Bayard Jeunesse, 2001

 

 

 

Laisser un commentaire