L’Autobiographie de Malcom X

L’Autobiographie de Malcom X de Malcom X et Alex Haley

« Pour comprendre quelqu’un, il faut retracer toute sa vie, remonter à sa naissance. Notre personnalité résulte de la somme de nos expériences »

En ces temps de conformisme, le respect et l’engouement populaire vont aux figures lisses de révolutionnaires. Cette expression peut paraître paradoxale mais il existe bien des figures rebelles qui font le consensus. Malcom X ne fait évidemment pas partie de cette catégorie, et nous avons remarqué que peu d’hommages étaient rendus à sa personne ou tout au moins à sa pensée. Pourtant Malcom X est la figure même du résistant à l’oppression de la société américaine raciste et ségrégationniste des années 50-60. C’est celui qui sans fard a justifié la violence en réponse à la violence subie.

On l’oppose éternellement à Martin Luther King qui était son contemporain ; les deux personnages combattant l’oppression américaine de façon différente. Toutefois, nous avons tendance à perdre de vue que les deux hommes n’étaient pas deux ennemis et que chacun d’eux a fini à la longue par adopter en partie les pensées de l’autre. En effet le révérend King s’était rendu compte que la non violence qu’il prônait avait ses limites. Il avait fini par comprendre que le racisme était profondément enraciné dans la société américaine. De son côté, Malcom X comprenait à la fin de sa brève vie qu’il lui fallait appréhender avec moins de manichéisme la question de la race. Il avait découvert qu’ il existait des afro américains vils et que tous n’appréhendaient pas la question des leurs avec autant d’enthousiasme. De même, il s’était rendu compte que certains Américains étaient conscients de l’injustice faite aux Afro américains, et que par conséquent il était inique de les rejeter tous.

Dans son autobiographie, Malcom X au travers de différents chapitres se raconte, depuis son enfance jusqu’aux derniers jours précédents son assassinat. Plus qu’un récit de vie cette autobiographie éclaire l’étau dans lequel vivait l’ensemble de la population afro américaine : ségrégation, sévices en tout genre, peu ou pas d’autonomie dans la possibilité de se déplacer, à peine la possibilité de se réunir. La population afro américaine a face à elle une société paranoïaque. Cela explique aisément combien le choix de la violence a longtemps été un credo pour Malcom X.

Aujourd’hui une place de choix est faite à la réconciliation et au pardon, les opprimés étant sommés de s’entendre avec leurs bourreaux sans excuse et sans réparation de la part de ces derniers.
Relire Malcom X aujourd’hui nous permet d’interroger cette position !

Couv MalcomX

Editions Pocket, 1993

Laisser un commentaire