Mémoires de l’Esclavage

Mémoires de l’Esclavage de Serge Diantantu

Le mois de mai en France est le mois de la Mémoire depuis la Marche des libertés du 23 mai 1998 ; au cours de ce mois de nombreuses associations et de nombreuses villes organisent diverses manifestations pour commémorer l’abolition de l’Esclavage.

Toutefois c’est un fait incontestable que l’Esclavage et les Traites négrières ne sont pas étudiés à l’école comme ils devraient l’être ! Lorsque nos enfants en entendront parler la première fois, ils recevront un véritable coup de massue. Ils auront envie de disparaître de leur chaise en classe quand leur apprenant va seulement évoquer le sujet, pourtant inscrit dans leurs programmes scolaires, sans le traiter à fond et quand tous leurs camarades vont les dévisager. Je le sais je l’ai vécu…

Plus généralement, c’est à l’école que nos enfants découvrent qu’ils sont des « Noirs » et c’est dur pour eux quand ils réalisent ce qu’ « être Noir » signifie. Les « Noirs » qu’ils sont censés être sont les derniers en tout : ils n’ont rien inventé, « ils ne sont pas entrés dans l’Histoire » comme disait l’autre depuis le sommet de l’Etat français ! Pour résumer: les « Noirs » étaient des sauvages avant l’arrivée des colons puis ils ont été des esclaves et ensuite le Code Noir en a fait des meubles. De nos jours, ils sont les plus pauvres, les sous-développés comme ils disent, ils tombent comme des mouches à cause de la famine, du sida ou d’ebola, ils meurent noyés dans « le ventre de l’Atlantique », ils se comportent comme des barbares en se génocidant les uns les autres.

Si avec tout ça certains arrivent à être « noir et fier » et bien je leur tire mon chapeau ! En réalité la plupart de nos enfants développeront un complexe d’infériorité par rapport à leurs camarades qui eux ne sont pas des « Noirs » et par le même mécanisme vicieux un bon nombre de leurs camarades développeront un complexe de supériorité et se croiront au dessus de tous « les Noirs » de ce monde ! Les médias jouent parfaitement leur rôle ( on verra lequel plus tard…) et à cause d’eux notamment, les fantasmes des uns et les mensonges des autres occupent tout l’espace.

Aujourd’hui notre priorité est de combattre cette ignorance crasse dont nos enfants sont les premières victimes. Concernant l’histoire de l’Esclavage, entre ceux qui martèlent que nous devons tourner cette sombre page de l’histoire de l’humanité et ceux qui comme Serge Diantantu leur répliquent qu’une page doit être lue avant d’être tournée : j’ai choisi mon camp ! Je me range du côté de ceux qui combattent l’ignorance entretenue sur ces questions par les uns et par les autres.

Ainsi je vous conseille fortement de mettre, entre les mains de vos bambins âgés de dix ans au moins, la série des bandes dessinées intitulées Mémoires de l’Esclavage de Serge Diantantu. Fruits de recherches historiques sérieuses et approfondies sur les sujets de l’Esclavage et des Traites négrières ; ces bandes dessinées élaborées grâce au sacré coup de crayon du bédéiste congolais Serge Diantantu constituent un outil pédagogique inédit et indispensable. Ces bandes dessinées ont été réalisées sous le parrainage de l’UNESCO et retracent l’histoire de l’Esclavage avec des personnages, des dates et des lieux authentiques.

Cette série de bandes dessinées nous apprend l’histoire de l’Esclavage par son commencement : depuis la fin de l’Antiquité en Orient jusqu’aux siècles de Traite négrière occidentale et jusqu’à son abolition. Je trouve que le support du dessin est un choix opportun car il permet au jeune public d’appréhender au mieux ce sujet. Avec cette série, Serge Diantantu nous offre un présent inestimable: une étude objective des faits au service d’un enseignement sans complexe de notre histoire commune à tous !

La collection comprenait jusqu’à présent quatre excellents volumes : Bulembemba, En navigant vers les Indes, L’Embarquement de bois d’ébène et Île de Gorée.
Ces ouvrages me semblent incontournables dans toute bibliothèque digne de ce nom et dès le 10 mai prochain nous pourrons compléter notre collection grâce à la sortie en librairie du cinquième volume intitulé Colonies des Antilles et de l’Océan Indien ! Bonne lecture !

004

3 commentaires

Laisser un commentaire